CH. PALMER
  • CH. PALMER
  • CH. PALMER
  • CH. PALMER
  • CH. PALMER

Château PALMER

  • 2000
  • Bordeaux
  • Rouge
  • Margaux
  • 13.0°C
  • 3ème cru classé
Avis clients
0
Lire les avis(0)

460,00 €

Il ne reste que 5 bouteille(s) disponible(s) en ligne dont 1 bouteille(s) en magasin.

En stock
Disponible en magasin
  • Notations
    Robert Parker 95, Wine Spectator 97, Wine Advocate (Neal Martin) 97, Wine Advocate 95
  • Température de service
    17-18°C

Notes de dégustation

Commentaire de dégustation de Enrico Bernardo, le 01/12/2011.

La robe est riche et dense, d’une couleur rubis aux reflets violines.
Au nez, on perçoit un début d’évolution avec des notes de mine de crayon, poivre noir, prune et eucalyptus.
La bouche est classique avec une finale tannique. Il est un peu astringent et gras, mais surtout tannique et long.

Commentaire de dégustation de Georges Lepré, le 04/02/2009.

Robe pourpre très profond.

Nez puissant, impérieux, complexe, aux notes de cassis, de prune, de pâtes de fruits, d’épices, de fumé, de boîte de cigare, de cèdre, de cuir, de menthe et de sous-bois.

Bouche imposante dès l’attaque. Viennent aussitôt après de somptueux tanins d’une grande race bien enrobés par un fruité épanoui et gourmand, le tout soutenu par une fraîcheur impeccable. Cette belle richesse se poursuit jusqu’à une finale longue et particulièrement savoureuse.

Ce millésime en tout point historique est dès à présent à accessible. Il gardera tout son pouvoir de séduction au moins encore pendant trente ans. Une décantation de deux heures s’impose.

Accords mets vins

Gibier
Viande rouge grillée
Viande blanche grillée
Fromage à pâte dure

La propriété

Gentleman issu d'une excellente famille, officier et aide de camp du Prince de Galles, Charles Palmer arrive en France avec le futur duc de Wellington, à l'issue de la Guerre d'Espagne entre Napoléon et l'Angleterre. En 1814, il dispose d'une somme importante qu'il investit dans des terres viticoles. rnLe major-général réside principalement en Angleterre. Le domaine est géré par un agent d'affaires, M. Grey, qui attire à Palmer une clientèle d'amateurs fortunés. En 1843, le général Palmer, ruiné, doit vendre son magnifique domaine. Malgré son échec personnel, il laisse une propriété qui a tout pour réussir entre les mains de ses successeurs. De 1844 à 1853, Château Palmer est géré par la Caisse hypothécaire de Paris à travers la crise de l'oïdium. En juin 1853, les frères Isaac et Emile Péreire, grands banquiers du Second Empire et rivaux des Rothschild, achètent la propriété. Ils continuent leur oeuvre à Palmer en confiant la construction de l'actuel château à l'architecte bordelais Burguet en 1856. Les quatre tourelles d'angle couvertes d'ardoise distinguent encore maintenant Palmer des autres demeures. Affectée par la crise économique des années 1930, la famille Péreire met en vente Château Palmer qui est alors acheté par plusieurs familles, bordelaise, anglaise et hollandaise, les Sichel, les Mähler-Besse, les Ginestet et les Mialhe. Les descendants des deux premières familles sont encore aujourd'hui les propriétaires du château.
Voir tous les vins de cette propriété

L'appellation

1493 hectares de vignes sur lesquels on trouve le plus grand nombre de crus classés (21) dont un premier cru, le Château Margaux. D’une grande féminité, les vins de Margaux présentent un bouquet subtil qui mêle de délicats arômes fruités tels que la groseille, floraux et épicés. En bouche, la richesse des tanins s’accompagne d’une infinie souplesse.

Vous aimerez aussi