CHÂTEAU PALMER

Gentleman issu d'une excellente famille, officier et aide de camp du Prince de Galles, Charles Palmer arrive en France avec le futur duc de Wellington, à l'issue de la Guerre d'Espagne entre Napoléon et l'Angleterre. En 1814, il dispose d'une somme importante qu'il investit dans des terres viticoles. rnLe major-général réside principalement en Angleterre. Le domaine est géré par un agent d'affaires, M. Grey, qui attire à Palmer une clientèle d'amateurs fortunés. En 1843, le général Palmer, ruiné, doit vendre son magnifique domaine. Malgré son échec personnel, il laisse une propriété qui a tout pour réussir entre les mains de ses successeurs. De 1844 à 1853, Château Palmer est géré par la Caisse hypothécaire de Paris à travers la crise de l'oïdium. En juin 1853, les frères Isaac et Emile Péreire, grands banquiers du Second Empire et rivaux des Rothschild, achètent la propriété. Ils continuent leur oeuvre à Palmer en confiant la construction de l'actuel château à l'architecte bordelais Burguet en 1856. Les quatre tourelles d'angle couvertes d'ardoise distinguent encore maintenant Palmer des autres demeures. Affectée par la crise économique des années 1930, la famille Péreire met en vente Château Palmer qui est alors acheté par plusieurs familles, bordelaise, anglaise et hollandaise, les Sichel, les Mähler-Besse, les Ginestet et les Mialhe. Les descendants des deux premières familles sont encore aujourd'hui les propriétaires du château.